Documentation

Les relais dans le champ de la santé mentale - Forum du 2 décembre 2010

COMPTE-RENDU DU FORUM DU JEUDI 2 DECEMBRE 2010 DU RÉSEAU ADOLESCENTS DE L’ISERE

I. PARTICIPANTS

Champ de la santé :
Présents : Mme COLIN-MADAN, Interne en psychiatrie ; Mme COMANDINI, Psychologue Accueil clinique MDA ; Mme DAIDJ Infirmière CHAI PGSI ; Mme JANIN, Psychologue AGECSA ( Association de Gestion des Centres de Santé) ; ; Mme HEYWARD, Responsable Pôle urgences psychiatriques ; Mme LANSOY BARON, Pédopsychiatre Responsable Hôpital de Jour pour adolescents MDA ; Mme LETELLIER, Directrice études Clinique du Grésivaudan ; Mme MATHIEU CURA, Pédopsychiatre CHU liaison urgences ; Mme PAGNIER, Pédopsychiatre Responsable structure Interne Sud CHAI ; Mme POMMIER-LAVEZE, Psychologue Dispositif MARS/CRIAVS RA
Excusés : Mme AÏLANE, Psychologue Dispositif MARS Vienne ; Dr DUHR, Psychiatre Centre de psychiatrie pour adolescents Vienne ; Dr GODET, Pédopsychiatre chef de service pour le secteur I07

Champ de l’éducatif :
Présents : Mme BLETEAU, Directrice Foyer Rose Pelletier ; Mme CAMORS, Psychologue ADAJ Beauregard ; Mme CARRERA, Directrice MECS OVE Autrans ; Mlle COCHIN, Educatrice Relais OZANAM ; M. CORON, Cadre socio-éducatif Foyer Le Charmeyran ; Mme DESCHAMPS, Psychologue ITEP Varces ; Mme DYE, Chef de service éducatif MECS JM Vianney ; Mme DOMONT, Responsable des politiques institutionnelles Direction territoriale de la PPJ en Isère ; Mme FEBVAY, Psychologue Village de l’Amitié ; Mme GIRARD-BUTTOZ ; Psychologue ITEP CMP Varces ; Mme LOMBARD-DONNET, Psychologue MECS OVE Autrans ; Mme PASSOT, Psychologue EPEI Grenoble (PJJ) ; Mme PYTHON, Chef de service éducatif La Poterne (PJJ) ; Mme RAYOT, Educatrice Foyer le Charmeyran
Excusés : Mme BIVOIRE, Chef de service AAVDASE Vienne

Champ du social, Conseil général, communes :
Présents : M.CATELAN, Educateur ASE St Marcellin ; Mme GIGAREL, Chef de service Solidarité Territoire de l’Oisans du CGI ; Mme le GOUAIS, Assistante sociale ASE St Marcellin ; M. LEUPERT, Chef de service PMI CGI Sud Grésivaudan ; Mme MORINEAU, Conseiller technique Protection des enfants CGI ; Mme PONTHUS, Chargée de mission Ville de St Egrève ; Mme SIBILEAU, Educatrice ASE St Marcellin
Excusés : Mme PIZOT, Chef de service de la protection des enfants du CGI

Champ de la scolarité, de la formation et de l’orientation :
Présents : Mme BALOUZAT, Responsable Assistante Sociale Inspection académique ;
Mme BLANCHARD, Psychologue Mission locale de Grenoble ; Mme CHAVANT, ASCT Inspection académique ; Mme GARCIA, Mission Locale Grenoble Conseillère emploi formation Réf. Santé ; Mme POULET CHARRETON, AS Conseillère technique Collège Coublevie ; M. DERBAL, Conseiller emploi Mission locale de Grenoble

Familles - Lieux d’écoute - Associations – MDA espace généraliste :
Présents : Mme ANDRIOL-BERTHET, Psychologue Parol’écoute jeunes Voiron, M. DE SOUSA, Psychologue clinicien MDA Vienne et Péage du Roussillon ; Mme FAVRE, Psychologue MDA Isère rhodanienne
Excusés : Mme GAUTHIER, Psychologue Relais Oxyjeunes – Point Ecoute Pays viennois

Cellule de coordination du RAI :
Présents : Mme GAUTIER, Pédopsychiatre ; Mme CHUNG, Coordinatrice Sud Isère ;
Mme MADEDDU Secrétaire Réseau ; Mme PRETTE, Intervenante PJJ ; M. ZÜRCHER, Coordinateur Isère Rhodanienne
Excusés : Mme DAQUIN, Coordinatrice Nord Isère

II. ORDRE DU JOUR : LES RELAIS DANS LE CHAMP DE LA SANTE MENTALE

1. Présentation du travail dans un CMP infanto juvénile par le Dr PAGNIER
Responsable de la structure interne Sud du Pôle de pédo psychiatrie du CH Alpes Isère.

Le pôle de pédopsychiatrie du CHAI est réparti en 6 structures internes, soit 3 structures sectorisées (Nord, Centre et Sud) et 3 structures intersectorielles (la structure interne adolescents à la Maison des adolescents, la structure interne autisme et la structure interne Hôpitaux de jour 6 – 12 ans).
- La structure interne Nord a pour responsable le Dr SINTZEL
- La structure interne Centre a pour responsable Mme Christine BERTRAND (en remplacement de Mme COINÇOIN qui est partie à la retraite)
- La structure interne Sud le Dr PAGNIER qui a pris la suite du Dr BOUCRIS lorsqu’il est devenu Chef de pôle (ancien secteur de pédopsychiatrie 38I03).
La structure interne Sud comprend :

• plusieurs CMP : Echirolles
Pont de Claix + antenne à Vif
Vizille + antenne à Bourg d’Oisans
La Mûre

• Un hôpital de jour 0 – 6 ans (Jenny Aubry à Echirolles)

• Un CATTP 2 – 8 ans

• Un CATTP centré sur les troubles de l’apprentissage appelé GRAFFTI qui intervient en CLISS et UPI.

Les CMP de la structure interne Sud reçoivent les adolescents
• soit en suivi dans les suites d’une prise en charge plus jeune,

• soit lorsqu’il y a une nouvelle demande faite à l’adolescence.
Les partenaires qui orientent les adolescents sont les lycées, collèges,
internats, l’hôpital général pour la Mûre. Lorsque le CMP effectue des relais avec le service de psychiatrie cela peut se faire

• parfois avec l’Antenne Adolescents

• ou directement vers un service de psychiatrie adultes avec qui les liens sont forts, compte tenu du partenariat établi sur le CATTP Astriade parents/enfant où des professionnels du CMP adultes participent aux prises en charge père-mère/bébé ce qui finalement facilite aussi les passages pour les adolescents vers les services adultes. Les CPM ont beaucoup de liens avec les services sociaux éducatifs et notamment avec l’ASE mais peu de liens avec les services de la PJJ.

Débat, questions

Se pose la question de l’hospitalisation des jeunes : si à chaque CMP adultes correspond un service d’hospitalisation, il n’en est pas de même pour les services de pédopsychiatrie, ce qui rend plus complexe les parcours.
Un chef de service éducatif fait remarquer que lors de l’ouverture de l’unité pour adolescents Tony Lainé 12 – 18 ans, il y a eu une amélioration des hospitalisations pendant 2 ans mais que la situation s’est dégradée jusqu’à revenir à un état pire qu’avant l’ouverture dans la mesure où les services de psychiatrie adultes ne prennent plus les jeunes mineurs ; concrètement, ils ne sont donc pas hospitalisés malgré l’indication médicale, s’il n’y a plus de place dans les services pour adolescents  : la situation d’un garçon de 14 ans actuellement accompagné aux urgences régulièrement sans qu’il soit possible de mettre en route une hospitalisation est abordée (… et trouve solution provisoire en fin de fin de réunion !).

Organigramme de la pédopsychiatrie en Isère (Sous réserve de vérification dans les prochaines semaines, consulter le site internet ado38.fr qui sera actualisé ou bien contacter les standards des maisons des adolescents pour être informés.)

Le principe de la sectorisation fonctionne pour les enfants et les adolescents en ambulatoire, c’est-à-dire en allant consulter dans les CMP.
Les CMP enfants/adolescents reçoivent théoriquement de 0 à 18 ans
Les CMP de psychiatrie générale ou adulte reçoivent à partir de 16 ans, sans limite supérieure.

Les services de pédopsychiatrie dépendent de 4 hôpitaux en Isère

1. LE CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE à Grenoble pour le secteur I01 avec des CMP à

CMP Meylan, LES BEALIERES - 17, RUE DU ROUTOIR - tel 04 76 90 90 83

CATTP Saint Ismier espace Victor ALLEE DE LA BATIE - tel 04 76 52 61 60

CMP Saint Martin d’Hères 41, AVENUE DU 8 MAI 1945 - tel 04 76 25 29 02

Cf. site du CHU http://www.chu-grenoble.fr/public/public_secteur.aspx?SECTEUR=1437

2. LE CENTRE HOSPITALIER ALPES ISERE à Saint Egrève a la charge des secteurs I02,03,04 et la moitié I05, transformés en structures sud, centre et nord du pôle de pédopsychiatrie. Les CMP E du CHAI sont
• Pour l’ancien secteur I02 aujourd’hui SI centre
CMP Grenoble
• Abbaye-Teisseire 8 r Emile Romanet tel 04 76 44 23 88
• Géant 13 Place Géants, Grenoble - 04 76 22 01 46
• 8 Rue Alphonse Terray, Grenoble - 04 76 21 22 81
• Férié 4 r Gal Ferrié tel 04 76 12 94 50
CMP Seyssinet tel 04.76.48.47.57
CMP Fontaine tel 04.76.26.75.35
CATTP Villard de Lans tel 04.76.95.95.05
• Pour l’ancien secteur I03 aujourd’hui SI Sud
CMP Calmette (Echirolles) tel 04.76.40.12.79
CATTP Pont de Claix tel 04.76.98.48.01
CMP/CATTP Vizille tel 04.76.68.06.13
CMP/CATTP La Mure tel 04.76.81.06.31
• Pour l’ancien secteur I04 et la moitié du I05, aujourd’hui SI Nord
CMP/CATTP Les Villas (St Egrève) tel 04.76.56.44.00
CMP Tullins tel 04.76.07.70.86
CMP St Marcellin tel 04.76.38.24.15
CMP Voreppe tel 04.76.50.41.56
CMP St Martin le Vinoux tel 04.76.46.16.52
CMP La Côte St André tel 04.74.20.54.81
CMP Voiron avenue Jules Ravat Centre Social Tél : 04 76 67 32 72
CMP Rives 96, rue Sadi Carnot 38140 RIVES Tél. : 04 76 65 20 23
CMP ST LAURENT du PONT Centre soc. - Avenue V Hugo Tél. : 04 76 55 40 80
CMP MOIRANS Immeuble "les martinets" Tél. : 04 76 35 11 10
Voir site internet CHAI http://www.ch-saint-egreve.fr/sectoriel.htm

3. LE CENTRE HOSPITALIER PIERRE OUDOT A BOURGOIN JALLIEU avec le secteur de pédopsychiatrie 38i06 (et une partie de l’ancien secteur I05) avec pour chef de pôle le Dr BUQUET ; les CMP :
• CMPE de Bourgoin 2, rue Diederichs 38300 BOURGOIN
Tel 04.74.93.21.44 – Fax 04.74.28.67.01
• CMPE de Morestel 10, rue du Relais de Poste 38510 MORESTEL
Tel 04.74.80.26.39 – Fax : 04.74.33.97.01
• CMPE de Villefontaine 8, rue du Pivoley allée 9 38090 VILLEFONTAINE
Tel 04.74.96.43.94 – Fax : 04.74.96.88.26
• CMPE de Crémieu 3, rue du Marché Vieux 38460 CREMIEU
Tel 04.74.90.94.11 - Fax 04.74.90.41.94
• CMPE de l’Isle d’Abeau 1, impasse du Bourg 38080 L’ISLE D’ABEAU
Tel 04.74.18.16.79 – Fax : 04.74.18.59.50
• CMPE de Charvieu 6, rue des Allobroges – Le Lafayette 38230 CHARVIEU
Tel 04.78.32.14.74 – Fax : 04.78.32.60.25
• CMPE de La Verpillière 1003, rue de Danet 38290 LA VERPILLIERE
Tel 04.74.94.46.91 – Fax : 04.74.94.69.88
• CMPE de La Tour du Pin Centre Social rue Claude Contamin 38110 LA TOUR DU PIN Tel 04.74.83.24.75 – Fax : 04.74.83.12.72
• CMPE de Pont de Beauvoisin Avenue du Dr Pravaz 38480 PONT DE BEAUVOISIN Tel 04.76.37.33.33 – Fax : 04.76.32.38.60
Voir site internet Pierre OUDOT http://www.ch-bourgoin.fr/pedopsychiatrie/cmpea/#c27

4. LE CENTRE HOSPITALIER LUCIEN HUSSEL DE VIENNE porte le secteur de pédopsychiatrie 38I07 dont le chef de pôle est le Dr GODET avec des CMP Enfants Adolescents :

• CMP Vienne Nord (secrétariat tous les jours sauf le mercredi)
Pôle petite enfance 1 place des allobroges 38200 VIENNE  04.74.85.72.76

• CMP Vienne Sud (même adresse) Pole petite enfance 1 place des allobroges 38200 VIENNE  04.74.85.68.08

• CMP Roussillon 12 avenue Jean Jaurès 38150 ROUSSILLON  04.74.86.19.36

• Centre Psychothérapeutique pour Adolescents (appartement thérapeutique) Rue Lafontaine 38200 Vienne  04.74.57.17.80
Voir site internet Lucien Hussel http://www.ch-vienne.fr/

Les services d’hospitalisation pour les mineurs ne sont pas sectorisés,

• les enfants de moins de 12 ans ne peuvent être hospitalisés qu’à l’UPMI au CHU,

• les jeunes de 12 à 15 ans peuvent être soit à l’UPMI, soit à l’Unité Tony Lainé à St Egrève.
• les adolescents de 15 à 18 ans peuvent être soit à Tony Lainé, soit à l’UPA de la Clinique du Grésivaudan.
Au-delà de ces services spécialisés, des hospitalisations sont possibles selon indications et contexte

• en médecine interne au CHU à partir de 15 ans et 3 mois,

• en pédiatrie, avant 15 ans et 3 mois en pédiatrie au CHU de Grenoble ou avant 18 ans à Voiron

• dans les services de psychiatrie adultes dont l’APEX au CHAI.
Il est vrai que si l’organigramme de la sectorisation implique que les équipes de psychiatrie adulte aient la responsabilité des soins à apporter à une population d’un secteur donné ; il n’en est pas de même pour les mineurs pour lesquels il n’y a que es unités intersectorielle avec actuellement, souvent un fonctionnement sur liste d’attente qui n’est pas compatible avec les urgences présentées par ce public.
Les médecins responsables de ces services, soucieux de ces difficultés sont actuellement en train de mettre en place un travail sous forme d’une EPP

2. Présentation du travail dans un CMP adulte par Mme DAIDJ Infirmière chargée du travail en réseau pour le pôle de psychiatrie générale Grenoble Sud Isère.

Les secteurs de psychiatrie adultes ont fusionné par 2 ou 3 pour former aujourd’hui des pôles avec disparition progressive des chefferies de service. Le pôle Sud Isère s’étend dans la vallée du Grésivaudan avec Domène, Pontcharra, St Martin d’Hères et comprend la ville de Grenoble. Cela représente 7 CMP pour la prise en charge ambulatoire et 5 unités d’hospitalisation dont 4 en psychiatrie générale plus l’unité pour adolescents Tony Lainé qui fait partie de ce pôle. Les suivis des adolescents et jeunes adultes peuvent démarrer dans les CMP de psychiatrie générale ou les unités d’hospitalisation à partir de 16 ans. En général, les CMP sont organisés avec la possibilité d’un suivi infirmier sous formes d’entretien et ou d’accompagnement, de consultation médicale et la possibilité d’activités non programmées, ce qui fait partie des nouveaux objectifs dans le cadre du nouveau projet médical avec un accueil de 9H00 à 17H00.
Les CMP travaillent avec les partenaires.
Pour le pôle, il y a une équipe réseau qui s’occupe des liens et suivis des patients hébergés en structures médico sociales, des liens avec les partenaires tels que la ville de Grenoble ou de St Martin d’Hères au travers des conseils locales de santé mentale, des liens avec les autres équipes du pôle.

Débat Questions

1. Comment ne pas provoquer de rupture pour un jeune qui bénéficiait d’une prise en charge adolescent et qui a besoin d’une prise en charge adulte ? Associer de plus en plus les équipes de psychiatrie générale au travail en réseau.

2. Difficulté d’hospitaliser un jeune de 17 ans en psychiatrie générale quant aux éprouvés du jeune et des équipes.

3. Présentation d’une situation clinique d’une jeune fille de 20 ans qui présentait des troubles délirants à bas bruits et rendait impossible le travail d’insertion socio professionnelle et d’accès à l’autonomie ; il a fallu que les éducateurs s’adressent au réseau RAI pour créer des liens avec la Maison des adolescents puis le CMP adultes et les structures dépendant du champ du handicap mais la prise en charge en CMP n’a été réalisée qu’au décours d’une hospitalisation en psychiatrie générale avec un délai de 6 mois mais la possibilité d’un relais vers l’équipe CMP du même secteur que l’unité d’hospitalisation.

3. Présentation de l’Hôpital de Jour pour adolescents de la maison des adolescents Sud Isère par le Dr Julie LANSOY BARON qui en est le médecin responsable.

Cet hôpital de jour ouvert en 1998 a aujourd’hui 8 places avec 4 équivalents temps plein infirmier et éducateur, plus une ASH, un mi-temps de psychologue, un mi-temps de pédopsychiatre, et des interventions de l’assistante sociale de l’antenne adolescents.
Aujourd’hui, 20 à 22 adolescents sont accueillis en permanence. Ils sont âgés de 13 à 18 ans (les soins peuvent aller jusqu’à 21 ans, le temps de mettre en place un relais ce qui peut demander jusqu’à 2 années). Les indications sont les troubles graves de la personnalité avec une mixité des pathologies, les décompensations psychiatriques en dehors de la phase aiguë qui nécessiterait une hospitalisation temps plein. Les patients doivent avoir un niveau de langage et d’autonomie qui leur permettent de bénéficier de ce type de prises en charge.
Cet hôpital de jour n’est pas destiné à faire le relais des hôpitaux de jour 6 – 12 ans mais se doit d’être une unité accueillante pour les adolescents qui présentent un état subaigu alliant en général troubles psychiques et difficultés d’insertion scolaire, familiale, éducative et de formation.
Le travail en réseau pour ces jeunes est indispensable et représente une partie primordiale des soins.
Le but de l’hospitalisation de jour est de permettre aux jeunes de conserver des investissements sociaux, relationnels, de poursuivre une scolarité ou une formation ; elle est destinée à des jeunes qui pourront avoir accès à une autonomie. De ce fait, il n’y a pas de transport en taxi, l’hôpital de jour est ouvert, les prises en charge sont discutées régulièrement avec les adolescents et leurs responsables parentaux, l’hôpital de jour présente une souplesse de fonctionnement et une réactivité nécessaire à ces prises en charge spécifiques de l’adolescence avec ses temps de crises.
L’admission se fait sur demande médicale uniquement et elle est suivie après quelques consultations d’une période dite d’émergence de la demande qui dure 6 à 8 semaines pour que l’adolescent puisse faire un choix quant à la poursuite des soins et que l’équipe puisse se positionner sur leur faisabilité et sur leur intérêt. Il y a de nombreuses exceptions à ce protocole avec possibilité d’entrée en urgence ou possibilité d’admissions qui vont mettre plusieurs mois avant d’être formalisées.
Le temps moyen d’hospitalisation est de 2 ans - les durées moyenne de prises en charge varient de 1 à 6 ans - c’est le temps minimum nécessaire à ce qu’une évolution favorable puisse se dessiner ; actuellement l’hospitalisation de jour n’est pas conçue pour des prises en charge brèves, au décours d’une tentative de suicide par exemple (ce qui constitue un projet à venir comme alternative à une hospitalisation complète).
Dans la population actuellement reçue 75% des jeunes vivent chez leurs parents et 25% sont placés, 50% bénéficient d’une mesure éducative.
La scolarité est réalisée soit en milieu ordinaire, soit en ITEP, soit au dispositif Passerelle, soit dans la classe thérapeutique de la Maison des Adolescents.
La prise en charge associe une approche individuelle sous forme d’entretien ou d’activité individuelle et une approche institutionnelle avec des activités de groupe, des temps informels ou les adolescents peuvent faire part de leurs envies pour qu’ils les discutent avec les soignants.
Au moment de la sortie, les relais peuvent se faire vers la psychiatrie adulte s’il y a toujours besoin de soins, certains jeunes partent en institution ou en hébergement adapté avec projet de formation dans le cadre de mesures liées à la Maison de l’Autonomie. Plusieurs adolescents ont souhaité d’arrêter l’Hôpital de Jour mais continuent d’être suivis en consultation avec la même équipe, d’autres arrêtent tout suivi et « disparaissent ». Une interne a commencé une étude pour mieux connaitre le devenir de ces jeunes.

4. Présentation de l’accueil clinique de la Maison des Adolescents
par Mme Francesca COMANDI psychologue clinicienne.

La Maison des Adolescents du coté de son Espace santé ou Antenne Adolescents a mis en place depuis 2007 un accueil clinique réalisé par l’équipe pluriprofessionnelle (psychologue, infirmier, éducateur spécialisé, psychomotricienne).

Discussion autour du terme de relais
Dans une course relais, le 1er coureur fait passer quelque chose au 2ème coureur et continu de courir avec lui un certain temps. Il ne s’agit de stopper net lorsqu’on adresse l’adolescent à une autre personne !

5. Présentation de l’APEX par le Dr Christine HEYWARD psychiatre, praticien hospitalier chef de pôle des urgences de l’hôpital Alpes Isère.

Le pôle urgence est un pôle récemment créé qui comprend
• les urgences psychiatriques du CHU (service de l’UCAP installé aux urgences adultes qui reçoit les adolescents à partir de 15 et 3 mois)
• et l’unité APEX qui est une unité de court séjour, pour l’évaluation ou en attendant l’admission dans l’unité sectorisée dont dépend le patient.
Pour ces services, la question du soin psychique, y compris les soins parfois nécessaires au long cours se pose d’une manière brutale. Les praticiens sont amenés à développer une clinique spécifique.

L’UCAP est l’unité de consultation et d’accueil en psychiatrie, elle est ouverte 365 jours par an au CHU et 5 jours sur 7 à Voiron, des psychiatres sont donc présents au CHU au service des urgences pouvant donner des avis de 8H00 à 20h00 du lundi au vendredi et 8H00 à 19H00 les samedis, dimanches et jours fériés.
Une centaine de psychiatres y interviennent.

L’APEX est une unité court séjour de 72 heures mais en pratique une moyenne de 4 - 5 jours. L’APEX est ouvert depuis le 18 janvier 2010 et est un service intersectoriel. Capacité d’accueil : 12 patients avec 10 chambres individuelles + 1 chambre double + 2 chambres d’apaisement + 2 salons de télévision + 2 salons pour l’accueil des familles+ 1 salle polyvalente + 1 patio. Missions de l’APEX : Apporter des soins psychiatriques dans un milieu adapté et sécurisant et réaliser une évaluation clinique pour émettre un diagnostic permettant une orientation appropriée (hospitalisation complète, ambulatoire, consultation en CMP, retour à domicile)

Les mineurs :
L’UCAP a reçu l’année dernière 83 mineurs, c’est-à-dire 1 à 2 par semaine (chiffres globaux Nbre de patients : 2071, Nbre de passages : 2307, Retour à domicile 1087, Nbre hospitalisations : 974 dont APEX : 407)

l’APEX en a hospitalisé 16 mineurs (sur 600 séjours entre le 18 janvier et le 30 octobre 2010), ce n’est pas important quantitativement mais très important qualitativement car la clinique, la thérapeutique, les aspects légaux, les lieux de prises en charge sont totalement différents pour les mineurs et pour les majeurs.

6. Présentation des urgences psychiatriques enfants au CHU Grenoble par le Dr Cécile MATHIEU CURA, pédopsychiatre praticien hospitalier du CHU, responsable de la psychiatrie de liaison en pédiatrie dont les urgences pédiatriques.

Le Dr MATHIEU CURA travaille à 80 %
• en psychiatrie de liaison sur les services de pédiatrie mais aussi de chirurgie pédiatrique et,
• sur une activité de consultations ambulatoires
• et sur les urgences pédiatriques.
Les urgences pédiatriques reçoivent les enfants de 0 à 15 et 3 mois avec une immense variété de pathologies. La pédopsychiatre peut être interpellée chez les nouveaux nés pour des troubles fonctionnels, chez les enfants pour les pathologies chroniques ou des somatisations, chez les plus grands pour des tentatives de suicide, des épisodes d’alcoolisation, des troubles des conduites ou des décompensations psychiatriques. L’Hôpital couple/enfant est en construction et le service de pédiatrie devrait déménager en 2011 suivi de peu par le service de pédopsychiatrie qui sera installé dans le vieil hôpital dans des locaux rénovés, à proximité de l’hôpital couple/enfant mais pas dedans. Il est, par contre, prévu que les urgences pédiatriques ait une chambre d’apaisement afin de pouvoir recevoir dans de meilleures conditions des grands enfants et jeunes adolescents agités.
Le service des urgences pédiatriques a assuré 13 000 passages l’année dernière avec 250 à 300 interventions annuelles du pédopsychiatre.
Il s’agit chaque fois d’interventions très longues qui vont mobiliser l’enfant, son entourage, le réseau de partenaires.
"Ces interventions sont dites thérapeutiques car elles permettent par une verbalisation de l’état de crise d’aller vers un apaisement, une sortie de crise, une réappropriation des capacités de chacun. Elle permet surtout de changer le regard sur l’enfant ou l’adolescent."
Mme MATHIEU CURA se heurte à un gros problème pour hospitaliser les patients, elle se trouve prise entre les contraintes imposées par les pédiatres qui ont besoin de lits pour les malades somatiques, des contraintes liées par exemple à l’état d’agitation des patients psychiatriques, des contraintes liées au fait que les unités spécialisées soient pleines.
Les patients arrivent souvent au terme d’une succession d’échecs, le service des urgences semblant alors en bout de chaîne.
Les adolescents sont envoyés en majorité par des professionnels avec des situations très compliquées qui nécessitent généralement une hospitalisation.

Discussion
Le bassin grenoblois n’est pas organisé pour la prise en charge de l’urgence chez les mineurs, Mme MATHIEU CURA pense que pour beaucoup de jeunes quelques jours d’hospitalisation suffiraient à apporter réassurance, contenance, à relancer le projet thérapeutique, à ré impliquer l’entourage.

A télécharger:

Recherchez

ET une catégorie

ET un thème

ET une année